Plutôt que de reproduire in extenso, nous avons choisi d’extraire les moments qui nous semblent importants de la conférence de presse.

Que s’est-il passé depuis le mois d’octobre ?

Depuis le mouvement inédit des gilets jaunes qui a dit sa colère, ses impatiences que les choses changent plus vite. Un mouvement qui s’est ensuite progressivement transformé, tiraillé, puis ensuite été récupéré.
Une première réponse a été faite dès le 10 décembre: donner plus de pouvoir d’achat mais plus vite aux classes moyennes et à ceux qui travaillent.
Puis est venu le Grand débat national, un exercice inédit où le Président de la république s’est pleinement engagé.

Nous sommes avant toute chose les enfants des Lumières et c’est de ce débat, de ces délibérations, de cette capacité à dire et contredire.

Qu’à dit ce mouvement et que faut-il retenir du Grand Débat ?

Un profond sentiment d’injustice, un sentiment de manque de considération, un manque de confiance aussi dans les élites et un sentiment d’abandon.

Notre société vit sur des politiques publiques qui ont largement été pensées au sortir de la Deuxième Guerre mondiale.

La famille a changé, la manière de travailler à changer, les organisations ont changé et nous ne l’avons pas totalement vu.

Alors, qu’est ce qui a été compris et entendu ?

Très profondément, les orientations prises durant ces deux premières années, à bien des égards, ont été juste et la réponse n’est pas dans le reniement mais dans la définition plus profonde d’une nouvelle ambition.

Il s’agit de redonner une espérance de progrès à chacun, en demandant à chacun le meilleur de lui-même.

L’art d’être Français c’est à la fois être enraciné et universel, être attaché à notre histoire, nos racines mais embrasser l’avenir, c’est cette capacité à débattre de tout en permanence et c’est, très profondément, décider de ne pas nous adapter au monde qui nous échappe, de ne pas céder à la loi du plus fort mais bien de porter un projet de résistance, d’ambition pour aujourd’hui et pour demain.

Ainsi, on peut énumérer 4 orientations :

La première orientation :

Changer, beaucoup plus en profondeur et rapidement, notre démocratie, notre organisation, notre administration

Sur le plan démocratique les citoyens veulent être mieux représentés, participer davantage.
Les maires sont le visage, le quotidien de la République, il faut conforter leur rôle par un statut digne de ce nom. Le parlement doit être plus représentatif avec une part significative de proportionnelle. Il faut renforcer son rôle de contrôle mais aussi son efficacité par une réduction du nombre de parlementaires,
Sur le vote obligatoire, on ne réponds pas à une crise démocratique par la contrainte et cette dernière est très difficile à faire respecter.
Sur la question du vote blanc, il ne favorise pas la décision, le moindre mal ou le mieux possible.
Sur la question du référendum d’initiative citoyenne, il faut pas remettre en cause la démocratie représentative.
Demain, un million de citoyens seront nécessaires (contre 4,5 millions, aujourd’hui) pour pousser le parlement à discuter un texte ou aller au référendum.
Au niveau local nous définirons une forme de droit d’interpellation des élus au-delà d’un certain seuil.
Le Conseil économique social et environnemental comportera une partie de citoyens tirés au sort.

Sur les méthodes d’organisation il s’agit d’ouvrir un nouvel acte de décentralisation (1er trimestre 2020) qui doit porter sur des politiques de la vie quotidienne, le logement, le transport, la transition écologique.
Avec des principes simples : responsabilité, lisibilité et financement
Il s’agit de la différentiation territoriale, par exemple, la signature de contrats ad hoc collectivité par collectivité
Il faut redéfinir un nouveau pacte territorial par un agenda rural, assurer l’accès aux services publics à moins de 30 minute, ne plus avoir d’ici à la fin du quinquennat de nouvelles fermetures, ni d’hôpitaux ni d’écoles, sans l’accord du maire. Il faut créer des campus connectés dans les villes moyennes.
réconcilier la métropole, la ville moyenne et le rural
Sur l’administration , il y a trop de monde à Paris aussi il faut de façon profonde réorganiser notre administration autour du préfet, poursuivre le développement des maisons de services au public « France Service » ou dans chaque canton pourrait avoir un lieu où sont regroupés les services publics de l’Etat, les opérateurs (CAF, Pôle emploi..) et les collectivités locales.
Enfin, il faut réformer de notre haute fonction publique par une gestion des carrières de notre haute fonction publique plus proche du territoire.En mettant fin aux grands corps il est souhaité remettre l’humain et la justice au cœur du projet national.

La deuxième orientation

Remettre l’humain et la justice au coeur du projet national

La Cour des Comptes a pour mission d’évaluer précisément les sommes qui échappent à l’impôt et de faire des propositions.
Concernant, l’impôt sur la fortune, il ne s’agit pas d’une suppression mais d’une réorientaion, à taux constants vers des investissements qui ne vont pas vers l’économie réelle. Cette réforme sera évaluée en 2020. C’est une réforme pour produire, pas un cadeau pour les plus fortunés.
La meilleure orientation pour répondre au besoin de justice fiscale n’est pas d’augmenter les impôts de tel ou tel non mais plutôt de baisser les impôts du maximum de nos concitoyens, en particulier de toutes celles et ceux qui travaillent au premier chef des classes moyennes. Cette baisse d’impôts sera financée par la suppression de certaines niches fiscales pour les entreprises, la nécessité de travailler davantage et des réductions de notre dépense publique.

Dans notre pays, les vraies inégalités ne sont pas fiscales. Les vraies inégalités sont les inégalités d’origine, les inégalités de destin, les inégalités à la naissance.

Première politique de lutte contre les injustices :
Nous y avons répondu par le plan pauvreté puis par l’éducation. Il s’agit d’étendre le dédoublement des classes de la grande section de maternelle au CE1 afin qu’elles ne dépassent jamais 24 élèves. Puis, progressivement rebâtir, revaloriser ce métier essentiel à la République et à la vie de la nation qu’est l’enseignant, le professeur, le maître.
Enfin dans l’enseignement supérieur en développant massivement les formations professionnelles courtes,

Deuxième politique c’est le travail, le travail et le mérite.
Ce sont 15 milliards d’euros engagés des le début du quinquennat pour les demandeurs d’emplois peu qualifiés et les jeunes décrocheurs.
Ce sera, cet été, la réforme la plus ambitieuse possible de notre système d’assurance chômage. C’est aussi en se battant sur les injustice d’accession à l’emploi (contrat d’apprentissage, garde des enfants, déplacements).

Le Premier Ministre réunira les partenaires sociaux, les opérateurs lors d’une mobilisation générale pour le travail, l’emploi et ses grandes transitions.
Il s’agit, aussi, d’associer plus étroitement les salariés aux résultats de l’entreprise par la réforme de l’intéressement et de la participation.
La prime exceptionnelle sera renouvelé cette année. Le revenu universel d’activité sera créée dans les prochains mis.
Enfin, les retraites de moins de 2000 euros seront réindéxées et il n’y aura plus de sous indexation de quelque retraite que ce soit à partir de l’année 2021.

La troisième orientation

Assumer la clarté, la force d’un investissement dans les grandes transitions pour bâtir la confiance

La première de ces transitions est le climat. Il est au coeur du projet national et européen. Il s’agit de changer de méthode en utilisant davantage l’intelligence collective. Ainsi de la convention citoyenne, 150 citoyens au CESE auront pour mission de redessiner toutes les mesures concrètes d’aides aux citoyens sur la transition climatique (transports, rénovations des logements)
Il sera mis en place un Conseil de défense écologique (Premier Ministre, ministres et opérateurs de l’Etat). Mais c’est aussi une ambition européenne qui sera portée
De façon à accroire la visibilité il faut bâtir un agenda 2025 pour des objectifs clairs ou chacun se mobilise.
Le système de retraite est en cours de refondation, il sera présenté à l’été 2019.
Le grand âge est maintenant pris en compte, il sera définit les moyens publics que l’on met pour financer ce nouveau risque
Face au numérique et au changement climatique, un pacte productif permettant de viser en 2025 le plein emploi sera bâtit à l’automne 2019.

La quatrième orientation

Savoir défendre, réaffirmer les permanences du projet français

C’est la famille d’abord. Une véritable ambition et la force d’une politique familiale sera redéfinie. Les situations familiales particulières seront prises en compte par exemple les familles monoparentales.
Une prérogative de puissance publique à la Caisse d’allocation familiale pour recouvrer les pensions alimentaires non versées.
Les aidants familiaux, seront reconnus, nommée et trouveront leur place dans nos politiques publiques (retraite notamment).
Le tissu associatif joue un rôle formidable. Une politique plus ambitieuse doit être bâtie. associations
L’engagement, c’est aussi le service national universel soit vers le service civique soit vers le bénévolat.
Une permanence est la laïcité : la loi de 1905 est notre pilier, elle sera renforcée par le contrôle sur les financements venant de l’étranger par la fermeture de lieux qui ne respectent pas les lois de la République.

Une nation se tient pas ses limites et ses frontières. Le fameux espace Schengen avec les règles des accords de Dublin ne marche plus. Le deuxième grand combat européen avec le climat, c’est le combat en matière de migration. C’est une Europe qui a un droit d’asile refondé et commun. Avec un Schengen comprenant peut être moins d’Etats.
Nous sommes confrontés à des détournements, très profonds du regroupement familial, aussi chaque année au Parlement, aura lieu un débat sur la politique migratoire. Il nous faut rebâtir un patriotisme inclusif

Nous devons absolument continuer de transformer le pays car les résultats sont là.

« Je demande au gouvernement, aux assemblées, aux partenaires sociaux, aux élus de replacer l’humain au centre, de rebâtir une nation de citoyens libres dans une Europe plus forte. »

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.