Première Question Au Gouvernement

Séquence émotion pour mon entrée dans l’hémicycle : une Question Au Gouvernement (QAG pour les initiés). Parmi les différents façons de poser des questions aux ministres, la QAG du mardi ou du mercredi est emblématique. En général, l’hémicycle est plein, présidé par Richard Ferrand (Président de l’Assemblée) et avec la présence de la quasi totalité des ministres. L’ambiance est souvenez houleuse : manière pour l’opposition de se faire voir et démontrer son utilité.

Pour cette première, il s’agissait, pour moi, de réagir et de demander au Premier Ministre de réagir sur une intervention du Président du Groupe Les Républicains sur la Procréation Médicale Assistée (PMA). Cette déclaration inacceptable m’avait profondément choquée.

Première surprise, Richard Ferrand me souhaite la bienvenue et mes collègues, par une « standing-ovation », rajoutent un peu plus d’émotion à cette séquence. Deuxième surprise, le Premier Ministre étant pourtant présent, c’est sans doute par délicatesse que Christelle Dubos, Secrétaire d’État qui me répond.

Voici le lien de la vidéo sur le site de l’Assemblée nationale

En voici le texte :

Ma question s’adresse à Monsieur le premier Ministre. 

Le Président de la République Emmanuel Macron en février 2017, en observant que la PMA n’était ouverte en France qu’aux couples hétérosexuels, a pris l’engagement de mettre fin à cette « discrimination intolérable ».

Nous soutenons, avec force, cette promesse d’égalité et de justice.

En effet, Mesdames et Messieurs les députés, aujourd’hui en France, les femmes seules et les femmes en couples n’ont d’autres recours que de faire appel à une insémination artificielle avec don de façon artisanale ou clandestine ou de procéder à des achats par internet avec les risques sanitaires, juridiques que l’on peut imaginer.

Par ailleurs, il est bon de rappeler l’avis favorable rendu, à deux reprises, du Comité consultatif national d’éthique à l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules.

Dans ce contexte, entendre par la voix du responsable du parti Les Républicains, que la PMA serait, je cite « une marchandisation des gamètes » et mènerait (je cite, toujours) à « l’eugénisme » se référant, ainsi, au régime nazi, révèle de l’irresponsabilité politique la plus abjecte.

Monsieur le Premier Ministre, condamnez-vous, comme, j’en suis convaincu la quasi-unanimité de nos collègues ici présents, ces propos scandaleux et injurieux tant pour le corps médical que pour les couples hétérosexuels qui ont déjà pratiqué la PMA ?

Monsieur le Premier Ministre, pouvez nous nous détailler les engagements du gouvernement afin que s’engage le débat sur la PMA dans un cadre apaisé, serein et démocratique ?

Je vous remercie.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.