Sud Ouest – Un article sur mes nouvelles fonctions.

Le journal Sud Ouest a rédigé un article aujourd’hui, le voici : lien

Remaniement du gouvernement : le maire de Monségur, ingénieur et éleveur à l’Assemblée

Publié le . Mis à jour par Jérôme Jamet
 

Suppléant de Christelle Dubos, le maire de Monségur Pascal Lavergne a accepté hier de remplacer la nouvelle secrétaire d’État comme député de la 12e circonscription de la Gironde. Un événement auquel cet éleveur de bœufs gras ne s’attendait pas.

« Allo, bonjour, c’est la présidence de la République… » C’est par un coup de téléphone d’un conseiller de l’Élysée hier matin à 9 h 30 que le maire de Monségur Pascal Lavergne a appris que la députée Christelle Dubos allait être nommée secrétaire d’État. « Il m’a demandé si j’accepterais d’être député à sa place. Je ne m’y attendais pas du tout, mais je vais accepter. »

Suppléant de Christelle Dubos depuis juin 2017, le maire de Monségur était hier après-midi « sous le coup de l’émotion ». Si l’élu local à trente jours pour faire son choix de quitter le fauteuil de maire de Monségur pour la banquette de parlementaire à l’Assemblée nationale, il a pris sa décision dès hier matin, coupant court à tout suspense.

 

Éleveur et restaurateur

« J’assumerai mon engagement de suppléant par respect pour nos électeurs. C’est normal que la présidence s’inquiète de la représentativité de sa majorité en Gironde », relève l’élu après le coup de fil matinal.

En rejoignant le Parlement, Pascal Lavergne devra également abandonner sa fonction de vice-président de la Communauté de communes du Réolais en Sud-Gironde, où il a en charge le Plan local d’urbanisme intercommunal et le dossier de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations. En revanche, il annonce qu’il restera délégué communautaire et simple conseiller municipal de Monségur. Il participera donc à l’élection de son successeur à la mairie de Monségur.

Éleveur de bœuf de Bazas, cinq fois couronné à la Fête du bœuf gras, Pascal Lavergne va devoir réorganiser son emploi du temps qui se partagera désormais entre Paris et le Sud-Gironde. Il faut ajouter qu’il est aussi propriétaire d’un restaurant dans la bastide de Monségur, La Pièce du boucher, où il écoule en partie la viande de son élevage. « Je suis un député temporaire. Et ce que j’ai construit peut tourner sans moi, c’est organisé », assure-t-il, confiant.

Un ex-socialiste en marche

Si l’ex-députée titulaire Christelle Dubos s’est fait remarquer à l’Assemblée en tant que co-rapporteur de l’examen du projet de loi évolution du logement, de l’aménagement et du numérique au printemps dernier (lire plus haut), Pascal Lavergne annonce, lui, qu’il compte s’engager sur des thématiques agricoles et travailler sur les collectivités locales.

Ancien secrétaire de section du Parti socialiste, le futur député siège aujourd’hui au comité politique de La République en marche. Il a d’abord été élu conseiller municipal en 1995 avant de devenir adjoint en 2002 puis maire en 2014. C’est aux côtés du maire de Monségur de l’époque, l’ancien sénateur socialiste Bernard Dussaut, que Pascal Lavergne a fait ses classes en politique. « Il est mon mentor », confiait-il hier midi alors que les deux hommes déjeunaient ensemble.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur des techniques agricoles, Pascal Lavergne à longtemps travaillé pour la Chambre d’agriculture de la Gironde en tant que directeur de l’Association agricole et rurale de Monségur-Pellegrue-Sauveterre-La Réole de 1994 à 2002. Il s’est ensuite installé à son compte comme éleveur, privilégiant une commercialisation en circuit court. Le voici, à 51 ans, député de la 12e circonscription de la Gironde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *